Traces d’encre noire

Selon les règles de l’optique, le noir est la synthèse de toutes les couleurs, le blanc en est l’absence. En effet, le noir absorbe toutes les couleurs du spectre lumineux et le blanc les reflète. On peut donc penser qu’ils ne sont pas des couleurs à proprement parler. Cependant en peinture ils font bien partie de la gamme chromatique au même titre que les autres couleurs.

Dans l’univers pictural, le blanc est souvent support du noir, mais rien ne nous retient des les inverser !


Le noir

Tracer avec du noir

Tracer peut sembler plus simple avec du noir. il suffit de tenir un outil et de le laisser filer sur un support clair pour tirer un trait.
Toutefois, le noir, selon qu’il est épais, fluide ou aqueux ne laisse pas la même trace, et d’autant plus en fonction de l’outil choisi.
Travailler avec un bâton trempé dans de la peinture noire non diluée laissera une trace épaisse et pâteuse ; travailler avec un chiffon trempé dans de l’encre noire laissera une trace fluide et translucide, utiliser un morceau de charbon laissera une trace poudreuse et fragile…


Le blanc

Blanc sur fond noir

Le blanc amène la lumière, l’éclat et le contraste au noir. Il est son complément direct. Tracer en blanc sur support foncé est assez surprenant car cela nous amène à penser en négatif, cela change nos repères. De façon instinctive nous utilisons des outils noirs (ou foncés) pour déposer des signes sur un support blanc (ou clair). Travailler l’inverse est parfois déroutant dans la compréhension des valeurs, des contrastes, du fond et de la forme.


Les gris

du noir au blanc, le gris

Le gris est l’outil des nuances. Il est le mélange des deux. La gamme des gris s’étend du blanc vers le noir.
Avec le gris, on obtient toute une gamme de valeurs qui permettent de nuancer et de contraster les tracés.

Fermer le menu